Paul Eluard - "La mort, l'amour, la vie"


       


                         «J'ai cru pouvoir briser la profondeur l'immensité
                           Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho
                           Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges
                           Comme un mort raisonnable qui a su mourir
                           Un mort non couronné sinon de son néant
                           Je me suis étendu sur les vagues absurdes
                           Du poison absorbé par amour de la cendre
                           La solitude m'a semblé plus vive que le sang

                           Je voulais désunir la vie
                           Je voulais partager la mort avec la mort
                           Rendre mon coeur au vide et le vide à la vie
                           Tout effacer qu'il n'y ait rien ni vitre ni buée
                           Ni rien devant ni rien derrière rien entier
                           J'avais éliminé le glaçon des mains jointes
                           J'avais éliminé I'hivernale ossature
                           Du voeu de vivre qui s'annule.

***
                                   
                                    Tu es venue le feu s'est alors ranimé
                           L'ombre a cédé le froid d'en bas s'est étoilé
                           Et la terre s'est recouverte
                           De ta chair claire et je me suis senti léger
                           Tu es venue la solitude était vaincue
                           J'avais un guide sur la terre je savais
                           Me diriger je me savais démesuré
                           J'avançais je gagnais de l'espace et du temps

                                  J'allais vers toi j'allais sans fin vers la lumière
                           La vie avait un corps l'espoir tendait sa voile
                           Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
                           Promettait à l'aurore des regards confiants
                           Les rayons de tes bras entr'ouvraient le brouillard
                           Ta bouche était mouillée des premières rosées
                           Le repos ébloui remplaçait la fatigue
                           Et j'adorais l'amour comme à mes premiers jours.

***
                           Les champs sont labourés les usines rayonnent
                           Et le blé fait son nid dans une houle énorme
                           La moisson la vendange ont des témoins sans nombre
                           Rien n'est simple ni singulier
                           La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
                           La forêt donne aux arbres la sécurité
                           Et les murs des maisons ont une peau commune
                           Et les routes toujours se croisent
        
                           Les hommes sont faits pour s'entendre
                           Pour se comprendre pour s'aimer
                           Ont des enfants qui deviendront pères des hommes
                           Ont des enfants sans feu ni lieu
                           Qui réinventeront le feu
                           Qui réinventeront les hommes
                           Et la nature et leur patrie
                           Celle de tous les hommes
                           Celle de tous les temps


(Van Gogh - "Les premiers pas")