Shakespeare - "Le Roi Lear"


                LE FOU

Prends bonne note, m'n'oncle,
N'avoue pas tout ce que tu as,
Ne dis pas tout ce que tu sais,
Prête moins que tu ne possèdes,
Va à cheval plus qu'à pied,
Vérifie avant d'être dupe,
Risque moins que tu ne le peux,
Oublie le vin et les putes,
Reste sage au coin de ton feu
Et tu auras plus, mon vieux,
De deux reines dans ton jeu.


(William Dyce - "Le Roi Lear et le fou dans la tempête")



Didier Anzieu - "Les enveloppes psychiques"


Le signifiant formel a une structure différente du fantasme. Le scénario fantasmatique, caractéristique de la névrose, est construit sur le modèle de la phrase, qu'il met en images essentiellement visuelles, et est donc postérieur ou contemporain de l'acquisition du langage : il comporte un sujet, un verbe, un complément d'objet; le sujet et l'objet sont des personnes (ou des animaux les figurant); s'ajoute en général un spectateur de l'action, qui représente le sujet de l'énonciation en tant que distinct du sujet de l'énoncé; l'action se déroule dans un espace à trois dimensions. L'investissement pulsionnel est composé de sexualité et d'agressivité. L'exemple typique est : un enfant est battu, sous-entendu : par son père.
Par contre, les signifiants formels :
- sont constitués d'images proprioceptives, tactiles, coenesthésiques, kinesthésiques, posturales, d'équilibration; ils ne se rapportent pas aux organes des sens à distance (la vue, l'ouïe);
- leur mise en mots se limite au syntagme verbal, c'est-à-dire à un sujet grammatical et à un verbe; la phrase qui les traduit n'a pas de complément;
- le verbe est généralement réfléchi; il échappe à la voie active comme à la voie passive;
- le sujet grammatical est une forme physique isolée ou un morceau de corps vivant, non une personne entière;
- il est incertain si le sujet est affecté d'un adjectif possessif (mon, ma), ou d'un article impersonnel (le, la, un, une)
- il ne s'agit d'une scène ni au sens théâtral, ni au sens architectural, mais d'une transformation d'une caractéristique géométrique ou physique d'un corps (au sens général d'une portion de l'espace), transformation qui entraîne une déformation, voire une destruction de la forme;
- cette transformation se déroule sans spectateur et elle est souvent ressentie par le patient comme étrangère à lui-même;
- elle se déroule dans un espace bi-dimensionnel;
- ces transformations relèvent principalement des divers types de confusion dedans-dehors (alors que les actions dans les scénarios fantasmatiques relèvent de la confusion imaginaire/réel);
- les signifiants formels sont monotones, répétitifs, identiques chez un patient donné (ils ne suscitent pas des variantes, comme c'est le cas du fantasme avec ses permutations de places et de personnes);
- le signifiant formel pathologique subit une déformation ressentie comme irréversible, qui nourrit la réaction thérapeutique négative.


(Christy Lee Rogers - "Moonlight Maera")