Yves Bonnefoy - "L'Arrière-pays"


(...) et il aurait pu l'aimer, mais ç'aurait été choisir, se vouer à l'incarnation, à la mort, et il a préféré "abolir" (toujours la langue de Mallarmé) cette existence, refuser d'en connaître les contradictions, les limites, qui lui eussent parlé des siennes propres, pour la recomposer en essence, dans l'infini, hors du temps. Et ce faisant il a cru la délivrer du néant : n'en fait-il pas une reine ? Mais c'est d'un monde sans substance, sans avenir, car il l'a employée seulement, à sa rêverie, à son oeuvre, et d'emblée elle a disparu, par la faille de l'écriture, de sa vie à lui en tout cas, qui sera une forme, non un destin. Tout et rien. Encore une fois la dialectique terrible de la création esthétique, qui vide de leur contenu, comme un coquillage précieux, bruissant déjà d'on ne sait quelle autre mer invisible, tous les moments d'une vie.


(Patty Carroll - "Anonymous women : draped")