Bernard Noël - "Les plumes d'Éros"


la nuit se perd en elle-même
comme un regard bouclé
sous la paupière

le temps fait un panache
sur la bouche qui souffle
que penser encore

mourir n'est pas la mort
quelque chose tâtonne dans le corps
je ne veille pas dis-tu

dans les veines du bois
une image perchée
un souvenir fuyant

tu cherches la lenteur
le trajet d'un astre
qui se lève d'en bas

en chaque mot
un nom perdu
l'autre s'éloigne

ô buée
pour être là
il faut faire du temps

ce qui en moi dit non
me chasse du présent
voici la vide lumière

ne cède pas à l'ange
le destin n'est ni clair ni sombre
il est le lieu mobile

où le dedans est le dehors
se croisent
en forme de je

celui qui peut dire
j'ai en moi ce que tu es
quel est son visage

l'oeil règne
chaque regard est un royaume
qu'on ne partage pas

le temps ouvre la succession
le souverain devient mortel
qui es-tu en moi


(Emile Munier - "Pardon mama")