Goethe - "Faust"



MÉPHISTOPHÉLÈS. - A contrecoeur, je révèle un suprême mystère.
Des déesses trônent, dans la solitude,
Autour d'elles, il n'est point de lieu, encore moins de temps;
Pour parler d'elles, on ne saurait trouver de mots.
Ce sont les Mères !

FAUST. - Les Mères !

MÉPHISTOPHÉLÈS. - Tu frémis ?

FAUST. - Les Mères ! Les Mères ! cela sonne de manière étrange !

MÉPHISTOPHÉLÈS. - Etrange mystère, en effet.
Déesses inconnues,
De vous autres mortels, par nous à regret nommées.
Pour trouver leur demeure, plonge au plus profond des abîmes;
C'est à toi la faute si nous avons besoin d'elles.

FAUST. - Où se trouve le chemin ?

MÉPHISTOPHÉLÈS. - Point de chemin ! Vers l'inexploré
À jamais inexplorable, vers l'inobtenu
À jamais inobtenable. Es-tu prêt ? -
Point de serrures, point de verrous à repousser,
Tu vogueras à travers les solitudes.
As-tu l'idée du désert et de la solitude ?


(Giovanni Segantini - "Les Mauvaises Mères")